Biographie de Georges Hoentschel

Découvrez la biographie de Georges Hoentschel. Architecte-décorateur-assembleur durant 35 ans, Georges Hoentschel (1855-1915) reprend la succession de la Maison Leys. Il travaille au tournant du siècle, pour tout ce que Paris compte d’amateurs éclairés qui font construire ou rénover leurs hôtels particuliers (Jacques Doucet, Robert de Montesquiou, Ganay …) mais aussi à l’International pour le roi de Grèce ou l’empereur du Japon. Il s’installe au 58 boulevard Flandrin où se situe côte à côte une maison avec un grand jardin et un hôtel particulier. Georges Hoentschel entreprend des grands travaux pour transformer l’hôtel en un hall de près de 7 mètres de hauteur avec une large verrière de 35 mètres  de long, allant du boulevard Flandrin à la rue Théry (aujourd’hui rue de Montevideo) pour accueillir ses collections. Il fait également construire des écuries. Il épouse Antoinette Eugénie Desaille dont il aura 2 enfants : Françoise en 1901 et Jean-Claude en 1902. Il réunit une importante collection d’objets d’arts qu’il vendra au magnat américain John Pierpont Morgan et dont une partie est visible au Metropolitan Museum of Art à New York. Il réalise le Pavillon de l’Union des Arts Décoratifs à l’exposition Internationale de Paris de 1900. Quatre ans plus tard, il est responsable de la décoration et des mobiliers des édifices publics et habitations à l’exposition Internationale de Saint-Louis du Missouri aux Etats-Unis, un événement mondial qui finit d’asseoir sa stature de décorateur au niveau international. Il voyage au Canada et reçoit des commandes (Erraruziz, Vanderbilt…). Il intègre dans ses décorations des céramiques qu’il réalise avec les équipes de Jean Carriès. Personnage incontournable du Paris de la Belle Epoque, il côtoie le monde de Proust. Ami fidèle, sa disparition lui vaut que des articles élogieux. La biographie de Georges Hoentschel révèle les principales dates de la vie d’un homme au multiple facettes et talents. 

Maison Leys - Georges Hoentschel

1855

le 1er juin Naissance de Georges Hoentschel à Paris  (parents : Charles Théophile Hoentschel et Catherine Emilie Leys)

Vue intérieure Maison Leys

Bureau de J. Pierpont Morgan - Georges Hoentschel

1860-1865

Mort de son père alors qu’il n’a que 9 ans. Sa mère s’installe chez son cousin germain, Ernest Leys qui possède une maison de tapisserie et d’ébénisterie de renom au 3, place de la Madeleine. La famille vit aux 11 cité du Retiro (endroit où l’on aime se retirer). De nombreux artisans d’art exercent leur métier dans cet endroit un peu à l’écart du tumulte des avenues Parisiennes. Dès l’âge de 12 ans Georges Hoentschel apprend le métier. Il se forge au fil des années un goût sûr, côtoie les jolis objets dans la caverne d’Ali Baba que sont les réserves et les salles d’expositions Leys.

John Pierpont Morgan se fait construire un bâtiment sur l’île de Manhattan où il commence une importante collection d’œuvres d’art.

Bureau de John Pierpont Morgan à New York

Georges Hoentschel et Jean Carriès - Georges Hoentschel

1880-1892

Début d’amitié avec Jean Carriès qui durera jusqu’à la mort du céramiste en 1894.

En 1882, Ernest Leys confie au jeune Georges Hoentschel les activités de la maison Leys du 3, place de la Madeleine.

Mort d’Ernest Leys (1892). Georges Hoentschel rachète le fonds de commerce. Il devient décorateur pour répondre à la demande croissante de ses contemporains, notamment des grandes fortunes qui font construire leurs hôtels particuliers. Paris réunit les meilleurs artisans du luxe et bénéficie d’un grand prestige en Europe et dans le monde. Désormais 50 ouvriers spécialisés travaillent pour lui.

Georges Hoentschel (à droite) avec son ami Jean Carriès

Claude Monet - Georges Hoentschel

1898

Armand Rateau fait ses débuts dans les ateliers de Georges Hoentschel avant de voler de ses propres ailes en 1905 avec la carrière qu’on lui connaît. GH se lie d’amitié avec les célébrités de l’époque : Proust, Robert de Montesquiou, Whistler, Boldini, Le comte et la comtesse Greffulhe. Il réalise d’importants décors pour la haute société Parisienne (Gramont, Ganay …)

« La Débâcle par temps gris » Claude Monet. Ancienne collection GH

Mariage - Georges Hoentschel

1899-1902

Le 12 juin il épouse en la cathédrale de Troyes, Antoinette Eugénie Desaille (naissance de sa fille Françoise en 1901 et de son fils Jean-Claude en 1902). En 1900 il réalise le pavillon des Arts Décoratifs de l’Exposition Universelle de Paris.

Le mariage de Georges Hoentschel avec Antoinette Eugénie Desaille à Troyes (1899)

Photographie Georges Hoentschel avec ses deux enfants - Georges Hoentschel

1903

Installation au 58 boulevard Flandrin où se situe côte à côte une maison avec un grand jardin et un hôtel particulier. GH entreprend des grands travaux pour transformer l’hôtel en un hall de près de 7 mètres de hauteur avec une large verrière de 35 mètres au plafond allant du boulevard Flandrin à la rue Théry (aujourd’hui rue de Montevideo). L’espace ainsi créé accueillera ses collections. Il fait également construire des écuries.

Georges Hoentschel et ses deux enfants, cités du Retiro (on aperçoit à l’arrière-plan « La débâcle par temps gris » de Claude Monet)

Affiche Exposition Internationale de Saint-Louis du Missouri - Georges Hoentschel

1904

Georges Hoentschel est responsable de la décoration, des mobiliers des édifices publics et des habitations à l’exposition Internationale de Saint-Louis du Missouri aux Etats-Unis, un événement mondial qui finit d’asseoir sa stature de décorateur au niveau international. Il voyage au Canada et reçoit des commandes (Erraruziz, Vanderbilt…)

Affiche de l’exposition Internationale de Saint-Louis du Missouri aux Etats-Unis

Pastel par Jeanniot - Georges Hoentschel

1905

Sa femme (Toinon) disparaît prématurément. Georges Hoentschel se retrouve avec ses deux enfants comme jadis sa mère l’avait été de son mari alors qu’il n’avait que 9 ans. C’est un tournant dans sa vie. Rénovation de l’hôtel de Charost, résidence de l’ambassadeur du Royaume-Uni à Paris, rue du Faubourg Saint-Honoré, auquel participe George Hoentschel.

« Toinon » Antoinette Eugénie Desaille à 16 ans par Jeanniot (pastel)

Photographie Otto - Georges Hoentschel

1906-1908

Georges Hoentschel vend les ¾ de sa collection à John Pierpont Morgan, son ami américain, pour la somme de 4 millions de francs-or de l’époque. Les collections comprennent des chefs d’œuvres du Moyen-âge, de la Renaissance Française, du mobilier et des objets d’art du XVIIIème siècle, des bronzes d’ameublement. Il faudra 364 caisses pour contenir cet ensemble unique qui deviendra la base des collections du Metropolitan Museum of Arts de New York.

Aménagement de l’hôtel particulier que s’est fait construire le couturier Jacques Doucet au 19, rue Spontini pour accueillir ses collections du XVIIIème siècle.

Georges Heontschel – photographie par Otto Wegener, 1900

Collection Met - Georges Hoentschel

1912-1914

Vente de la collection XVIIIème de Jacques Doucet. Pierpont Morgan fait charger les caisses de la collection Hoentschel qui étaient restées en Angleterre sur le Titanic. Au dernier moment le magnat se ravise et fait annuler le chargement à bord.  Le 14 avril à 1912 à 23 h 40 (heure locale) le transatlantique heurte un iceberg. Il coule le 15 avril à 2 h 20 au large de Terre-Neuve.

Parution du roman de Marcel Proust « Du côté de chez Swann » (1912).

Le 3 août 1914 l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Salle Louis XIV. Présentation de la collection Georges Hoentschel en 1921 au Metropolitan Museum of Art à New York

Photographie - Georges Hoentschel

1915

8 décembre : Disparition de Georges Hoentschel (Père Lachaise- Paris)

Georges Hoentschel – photo de 1907

Catalogue vente - Georges Hoentschel

1919

Succession Georges Hoentschel, 3 ventes se succèdent à la galerie Georges Petit à Paris.

 

Page de garde du catalogue de la première vente de la succession Georges Hoentschel  à la Galerie Georges Petit à Paris (1919)